HEAD photographies

Portfolios de Zoé Aubry, Constance Brosse, Frank Hausen, Benoît Jeannet, Rebecca Metzger et Kleio Obergfell

L’enseignement de la photographie tient une place importante au sein des formations proposées par la HEAD – Genève. Sans être une école de photographie, des formations spécifiques existent dans les filières Arts visuels et Communication visuelle, reliées entre elles par le pool Photographie. Elles répondent à la richesse et la diversité des pratiques actuelles et plus précisément à la condition contemporaine de l’image, à une époque où celle-ci n’a jamais été autant utilisée, partagée et où la photographie n’a jamais été aussi près de se diluer dans un flux indifférencié d’images.

Portée par des artistes, théoricien·ne·s et photographes, la pédagogie est ici centrée sur l’accompagnement de chaque étudiant·e pour lui permettre de développer une réflexion et une pratique personnelles ouvertes sur les enjeux contemporains de la photographie, tant sur le plan artistique que social ou politique.

C’est en privilégiant l’hybridation des pratiques, en incitant les étudiant·e·s à expérimenter librement et à penser l’image photographique dans sa porosité avec les autres pratiques artistiques que nous répondons à la situation inédite dans laquelle se trouve la photographie et anticipons ses transformations futures.

 

Six portfolios

À l’occasion des Rencontres de la photographie d’Arles 2019, le pool Photographie a produit trois publications comprenant respectivement deux séries d’images de récents diplômé·e·s en photographie. Ces publications son consultables in extenso ci-dessous.

 

Frank Hausen, Every Object is Likely to be an Ally

Réalisée durant l’occupation de la place de la République à Paris pendant « Nuit Debout » en 2016, cette série de photographies fait partie d’une archive en cours de constitution, consacrée à l’action politique et aux stratégies d’émancipation.

 

 

 

Constance Brosse, Ne l’appelez pas utopie

Contre le capitalisme et ses conséquences désastreuses, contre le tourisme de masse, pour une forêt vivante et sans propriétaire, pour lutter contre la construction d’un centre de vacances Center Parc sur une zone humide ou simplement y vivre, la forêt des Chambaran (Roybon, France) est occupée et habitée depuis fin 2014 par plusieurs personnes et collectifs. En avril 2018, la caravane « Ni Ici, Ni Ailleurs » part de Roybon pour sensibiliser divers lieux en France à des projets similaires, tels que le tourisme de masse et la sauvegarde des forêts.
L’expulsion violente de la Zone à Défendre (ZAD) de Notre-Dame-Des-Landes a lieu simultanément. À l’écriture de ce texte, (mai 2019), les occupant e·s ainsi que celles et ceux qui luttent à leur côtés sont dans l’attente d’une ultime décision quant à la construction du centre de vacances, qui provoquerait, si acceptée par la justice, une expulsion immédiate.

Vers le PDF –> HEAD photographies 1/3: Frank Hausen, Constance Brosse

 

Kleio Obergfell, Seconde Peau

Dans des décors construits de toutes pièces se profilent des personnages sans identité. Le vide forme l’espace, l’identification sociale et sexuelle des personnages est neutralisée, les stéréotypes sont détournés, les marques du décor intérieur effacées au profit d’une mise en scène à caractère symbolique. Au-delà de la double question du genre et de la fabrication des représentations se pose également celle de l’interrelation avec l’objet qui fonde les gestes de l’activité stéréotypée et qui en retour lui donne vie de manière exclusive.

 

Zoé Aubry, Noms Inconnus

L’émancipation des femmes est-elle encore mortelle ? L’extraction de cette litanie funéraire tirée de la rubrique faits divers met viscéralement en évidence la récurrence et la violence d’un fait social, nous astreignant notamment au questionnement de sa médiatisation. Ces images résultent d’un procédé de détérioration retraçant l’intégralité des féminicides ayant eu lieu en 2018 sur le territoire français. Lauréat du Prix de la Relève, ce projet a été exposé au Musée des Beaux-Arts du Locle en novembre 2019.

Vers le PDF –> HEAD photographies 2/3: Kleio Obergfell, Zoé Aubry

 

Rebecca Metzger, A Snippet a Verse a Line or Two

La série explore la relation entre les corps, les objets, le spectateur, l’acteur et ses liens au processus de construction de l’imaginaire et du désir. Les objets, trouvailles étranges, démontrent des échanges et spéculent sur la suite d’une rencontre. Les mises en situation et l’ambivalence de ces objets, ainsi révélée, renvoient aux ambiguïtés, potentiellement subversives, du langage des corps.

 

 

Benoît Jeannet, Escape From Paradise

Escape From Paradise est une étude iconographique du mythe hawaïen. Un phénomène de culture populaire du XXe siècle aujourd’hui en déclin. Dans le studio, l’île se transpose en laboratoire d’observation. Un microcosme de l’histoire du XXe siècle : les plantations de la « Dole Food Company », l’histoire de la chemise hawaïenne, la convention de Chicago, l’invention de la bombe atomique et l’avènement d’internet ont façonné notre perception mentale d’Hawaï. Ces éléments d’imagerie populaire fonctionnent comme des objets de propagande édulcorés. Escape From Paradise transforme les éléments iconographiques en objets photographiques sculpturaux et hybrides. Le dialogue entre les images et leur support matériel génère ainsi une nouvelle grille de lecture. Le travail construit et assemble des vestiges contemporains dans le but de façonner une archéologie visuelle du futur.

Vers le PDF –> HEAD photographies 3/3: Rebecca Metzger, Benoît Jeannet