Poétique et politique de l’eau

Une conversation entre Aurélien Gamboni, Jean-Pierre Greff et Daniel de Roulet

Back to summary

L’eau était la thématique du Festival Histoire et Cité 2019 à laquelle l’artiste-chercheur Aurélien Gamboni répondait par l’exposition collective Shifting Baselines à LiveInYourHead. Les oeuvres réunies, pour la plupart conçues après un long travail d’enquête sur un site spécifique du globe, dressaient le constat d’une « eau qui monte », métaphore d’une modernité qui pénètre les endroits les plus reculés, et plus littéralement, d’un désastre écologique qui noie et asphyxie le monde.

L’écrivain Daniel de Roulet présentait dans le cadre de Shifting Baselines des textes et des maquettes de lacs dont les eaux sont partagées, ou l’ont été, entre plusieurs pays. Cette situation géographique oblige ces pays à s’entendre sur la gestion d’un bien commun. L’auteur y voit le début d’une théorie de la mondialité. Ses recherches sur les lacs frontaliers forment les préliminaires d’un roman à venir.

Les recherches en histoire de l’art de Jean-Pierre Greff l’ont porté sur plusieurs peintres abstraits français de l’Après-guerre comme Jean Bazaine, qui avait un rapport intime avec l’élément liquide et sa poétique. Le directeur de la HEAD est également un lecteur de Gaston Bachelard, auteur de L’Eau et les rêves, un essai de philosophie poétique sur les éléments, où les eaux lourdes d’Edgar Allan Poe côtoient les gouttes de feu d’Arthur Rimbaud. Une image d’eau en flammes que certains cours d’eau pollués ont fait entrer dans notre réalité.

 

Vue d’exposition, Shifting Baselines à LiveInYourHead, 2019. ©HEAD-Raphaëlle Mueller

 

Pauline Julier, La disparition des Aïtus, 2014. Exposition Shifting Baselines à LiveInYourHead, 2019. ©HEAD-Raphaëlle Mueller

 

Charles Heller & Lorenzo Pezzani, Liquid Traces, 2014. Exposition Shifting Baselines à LiveInYourHead, 2019. ©HEAD-Raphaëlle Mueller

 

Mabe Bethônico, Endless showers and rivers of mud, 2019. Exposition Shifting Baselines à LiveInYourHead, 2019. ©HEAD-Raphaëlle Mueller